Quand la musique émergente et l'industrie de la publicité se rencontrent

Depuis les dix dernières années, Apollo Studios collabore de très près avec Telus afin de promouvoir la musique émergente francophone. 

Mathieu ''Mataï'' Dubus, producteur chez Apollo, mentionne qu’il s’agit d’un tremplin de qualité pour la relève musicale, permettant à de nouvelles recrues de rejoindre un grand public et de se faire découvrir. On pense entre autres à Yelle avec À cause des garçons, Cœur de pirate et Ensemble ou encore La Patère Rose avec La marelle. Mataï indique que les sonorités sélectionnées varient, allant de l’électro de Misteur Valaire au rock n’ roll des Breastfeeders, en passant par le hip-hop québécois de D-Track et de Radio Radio, un style rarement exploité en pub. En misant sur des nouvelles têtes, Telus se positionne comme une compagnie avant-gardiste, en recherche constante de nouveauté et fière ambassadrice de la culture musicale francophone.

Mataï, Carmel, Ariane et Jessie qui enregistrent une version live de '' Mon cadeau c'est toi '' la semaine dernière au Studio Apollo.  Photo: Dominic Remiro

Mataï, Carmel, Ariane et Jessie qui enregistrent une version live de '' Mon cadeau c'est toi '' la semaine dernière au Studio Apollo.  Photo: Dominic Remiro

L’auteure-compositrice-interprète Ariane Zita était sans mot quand elle a appris que sa nouvelle chanson de Noël Mon cadeau c’est toi allait accompagner les panthères des neiges de la compagnie pour leur prochaine campagne. La jeune compositeure travaillant elle-même chez Apollo depuis plus de deux ans souligne aussi que l’approche publicitaire de Telus plaît beaucoup aux artistes Québécois en faisant de la musique un élément important de leur image de marque. Ariane décrit d'ailleurs ce choix comme «une collaboration créative avantageuse autant pour l'artiste, l'agence et le client.» L’agence Tank, qui en assure la direction, prend d’ailleurs soin d’adapter les campagnes canadiennes de Telus au marché québécois.

 

Dans une industrie où les ventes d’albums sont à la baisse, la publicité offre un revenu et une vitrine à ne pas négliger pour les musiciens de la francophonie.  «L'industrie du disque a changé, les spectacles ne rapportent pas de gros cachets, et les dépenses sont nombreuses pour les auteurs-compositeurs. Les revenus liés à la publicité permettent aux artistes de survivre adéquatement et de continuer à vivre de leur passion », souligne Ariane.  Effectivement, même si à une certaine époque, prêter ses chansons à des entreprises pouvait être un dilemme moral, c’est aujourd’hui un moyen privilégié d'être représenté au sein d’une industrie où il est difficile de faire sa marque. 

Sur ces belles paroles, toute la gang des Studios Apollo vous souhaite un excellent temps des fêtes! 🎄🎶