Ideas For Fuel : Notre entrevue avec Jonay Sosa

UNE MINIVAN, UN AN, SEIZE PAYS, PLUS DE QUATORZE MILLE KILOMÈTRES, VINGT AGENCES PUBLICITAIRES, ET DES MILLIERS DE LITRES DE DIESEL PLUS TARD, JONAY SOSA SOULIGNERA LA FIN DE SON PÉRIPLE À CANNES LE 24 JUIN PROCHAIN.

Comment l’idée de partir et de tout laisser derrière toi t'est-elle venue à l'esprit?

J'ai eu cette idée il y a de cela plusieurs années. À ce moment précis de ma vie, j’étais pris dans beaucoup de choses. J’avais pensé à tout abandonner, partir, et voir ce qui arriverait ensuite. Mais quelque chose en moi me retenait. J’étais attaché à mon confort, mes amis, mon travail, et à ma stabilité en général. Quelques temps plus tard, j'ai été congédié. J’ai donc profité de cette occasion pour mettre mon plan initial à l’oeuvre, sentant que c’était maintenant ou jamais. De plus, je venais tout juste de rompre avec ma copine à ce moment-là. Je n’avais vraiment plus rien à perdre. Je suis parti.

Photo : Courtoisie de Jonay Sosa

Photo : Courtoisie de Jonay Sosa

Quel est le plus gros obstacle auquel tu as du faire face durant ton aventure?

Le plus grand obstacle, c’était moi-même. Je n'étais pas habitué au fait de dormir seul. La première fois, en France, j’ai eu très peur. Je me suis réveillé au beau milieu de la nuit, au beau milieu de nulle part. Je me suis dit : qu’est-ce que je fais ici? Pourquoi ne pas retourner à Madrid et laisser tomber le projet? Ensuite, j’ai réfléchi. J’ai fait une page Web et je l’ai partagée. Rapidement, j’ai eu plus de 200 followers. À partir de ce moment, ce n’était plus secret. J’ai trouvé le courage qui me manquait à travers ces centaines de personnes qui suivaient maintenant mon aventure.

Photo : Courtoisie de Jonay Sosa

Photo : Courtoisie de Jonay Sosa

Globalement, comment décrirais-tu l'impact que cette expérience d'échange a pu avoir sur toi?

Cela m'a fait réaliser que certaines personnes sont très centrées sur elles-mêmes. Il existe des gens qui croient qu’ils sont à l’endroit le plus important du monde simplement.. parce qu'ils s'y trouvent. Pour comprendre que nous ne sommes pas uniques, il est essentiel de voyager. Chaque kilomètre parcouru m’a fait réaliser plusieurs choses. Par exemple, j’ai compris que nous sommes tous aussi différents que nous sommes semblables. En somme, ce voyage représente l'équivalent en savoir d'une thèse ou un mémoire à l'université. Je n’ai pas fait d'argent durant mon voyage. Lorsque je travaillais pour une agence, j'étais rémunéré en diesel au lieu d'être payé en argent. C'est mon expérience professionnelle et personnelle qui a été payante au bout du compte. 

Pour rencontrer Jonay Sosa et en apprendre plus sur son long périple, rendez-vous le 24 juin prochain à 18h à la Résidence de la Brise, située au loft 501 du 24, Boulevard de la Croisette à Cannes. 

http://www.ideasforfuel.com 

https://instagram.com/tarjidia/